La didactique de l’espagnol à visée professionnelle au niveau universitaire, entre apprentissage et usage
2008c. "La didactique de l’espagnol à visée professionnelle au niveau universitaire, entre apprentissage et usage"
Christian PUREN, Les Cahiers du GERES n° 1-2008 (revue en ligne du Groupe d'Etude et de Recherche en Espagnol de Spécialité)
PUREN_2008c_GERES.pdf
Document Adobe Acrobat [490.5 KB]
Télécharger

Présentation

Cette intervention porte sur une problématique didactique fondamentale, à savoir la relation entre ce que l’on fait faire aux apprenants en cours (l’agir d’apprentissage) et (/pour) ce qu’on veut qu’ils soient capables de faire en société (l’agir d’usage). En l’occurrence, l’usage qui nous intéresse ici est l’usage en milieu professionnel. Ces deux agir et leur relation, je propose de les appeler la « perspective actionnelle ». Je ne reprends donc pas le sens de cette expression dans le Cadre Européen Commun de Référence (CECRL) – où la « perspective actionnelle » est en fait un type particulier de perspective actionnelle, à savoir une « perspective de l’agir social » –, mais dans le sens le plus abstrait, donc : toutes les méthodologies passées, depuis la méthodologie traditionnelle de la fin du XIXe siècle jusqu’à cette perspective de l’agir social, se sont en effet élaborées sur la base d’un « agir social de référence » (correspondant aux besoins et attentes de la société et/ou de l’institution scolaire), avec un « agir d’apprentissage de référence » (i.e. l’activité privilégiée en classe, ou l’activité finale de chacune des unités didactiques) en relation d’homologie maximale avec cet agir social.

Pour prendre un exemple concret bien connu : dans l’approche communicative, l’importance des activités de simulation s’explique parce que l’objectif social de référence est la capacité à communiquer en société, et que de ce fait on privilégie en classe un type d’activité où on demande aux apprenants de faire comme s’ils communiquaient en société. Voir par exemple en Annexe 1, la reproduction d’une Unité didactique complète du manuel d’espagnol langue étrangère pour adultes Para empezar (1984) : comme on le voit dans les deux premières pages (celle de présentation des mini-dialogues de base, pp. 12-13), on fait travailler les apprenants, en tout début d’apprentissage de l’espagnol, précisément sur des situations d’usage caractéristiques d’un début d’apprentissage (le jour de l’inscription au cours de langue, l’arrivée dans un hôtel, les premiers contacts en ville), et on leur demande en fin d’unité (Rubrique 3, « Y ahora tú », pp. 15-16) de communiquer entre apprenants dans des situations simulées de ce type.

Je me propose, dans mon intervention, d’examiner cette relation fondamentale entre agir d’usage et agir d’apprentissage sous des angles différents, au moyen de cinq modélisations. Les quatre premières sont générales, et la dernière particulière à un enseignementapprentissage universitaire à visée professionnelle.