A propos de : MERLE Pierre, "Faut-il en finir avec les notes ?"

Pierre MERLE, "Faut-il en finir avec les notes ?"
http://www.laviedesidees.fr/Faut-il-en-finir-avec-les-notes.html


(Note en date du 12 février 2017: le lien ci-dessus n'aboutit pas au texte en question, qui semble avoir été retiré du site)


Je recommande la lecture de ce long article de Pierre MERLE, sociologue de l'éducation, qui fait une bonne synthèse:

 

a) des résultats des recherches sur la notation menées depuis plusieurs dizaines d'années - qui confirment constamment ses différents biais et effets négatifs -;

 

b) et des solutions préconisées et appliquées dans les systèmes scolaires qui sont parvenus à faire réussir plus d’élèves en réduisant la corrélation - particulièrement forte en France - entre origine sociale et résultats scolaires :

  1. Préserver l'anonymat social et scolaire de l'élève.
  2. Préférer une évaluation formative à une évaluation sommative.
  3. Intégrer l’évaluation dans le processus d’apprentissage.
  4. Supprimer les « comparaisons sociales forcées ».
  5. Fonder l'évaluation sur des compétences et connaissances standardisées.
  6. Construire une synergie entre les évaluations des élèves et celles des établissements.


Pour ma part, en pensant à la perspective actionnelle et à la pédagogie de projet et à leur implication en termes de prise en compte de la dimension collective, j'ai particulièrement noté le passage suivant:

La réflexion menée sur une évaluation standardisée doit être l’occasion de ne pas réduire l’évaluation aux seuls contrôles écrits individualisés mais d’ouvrir celle-ci à des compétences souvent ignorées : projets de classe, travail en groupe, exposé oral (Archambault et Chouinard,2009). Il est paradoxal que le travail en groupe fasse peu souvent l’objet d’évaluation alors que la coopération et la capacité à travailler à plusieurs constituent une compétence nécessaire à la vie professionnelle. Il faut sortir de l’obsession scolaire du contrôle écrit individualisé alors que les compétences de chacun se construisent fréquemment dans l’interaction et la discussion. Cette variation des pratiques d’évaluation et la prise en compte du travail en commun sont nécessaires pour mieux évaluer la diversité des compétences des élèves, pour favoriser le développement de connaissances métacognitives souvent négligées, pour réduire une certaine inaptitude française à échanger avec autrui et à penser collectivement de façon constructive.


Christian Puren

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    NSENGIYUMVA Rémy (jeudi, 18 décembre 2014 01:26)

    je trouve très intéressante votre réflexion par rapport au travail en groupe des élèves. J'ai déjà remarqué avec les observations de pratiques de classes le manque criant de cette stratégie pédagogique qui devrait être une réponse efficace dans les classes pléthoriques.
    Un autre atout que j'apprécie dans cet article concerne l'évaluation formative. Je considère que l'évaluation sommative vient départager les places disponibles dans les classes montantes, elle ne répond pas aux lacunes des élèves, elle ne contribue pas aux difficultés liées à la baisse du niveau des élèves en français.
    Je suis tout à fait d'accord avec vous par rapport à l'introduction de la pédagogie de projet dans les classes. Je pense qu'à ce niveau on doit innover en adoptant une grammaire de l'oral.