Innovation et variation en didactique des langues


Télécharger
"Innovation et variation en didactique des langues"
Le Français dans le monde n° 244, octobre 1991, pp. 39-47
PUREN_1991b_Innovation-variation-FDLM_n°
Document Adobe Acrobat 1.5 MB

Présentation de 2021 (postface rédigée à la date de la première publication sur ce site, septembre 2021)

 

La présentation de cet article dans la revue Le Français dans le monde d'octobre 1991 commence ainsi: "L'objectif de cet article est de proposer un éclairage différent de la situation actuelle de la didactique des langues étrangères (DLE) a l'aide de concepts empruntés à l'histoire de cette discipline et à la philosophie des sciences" (p. 39), le recours conjoint à ces deux domaines me semblant justifié par l'influence constante des idées de l'époque sur l'évolution des idées en didactique des langues, et par la nécessité, pour penser cette évolution, de recourir à la réflexion épistémologique. On y reconnaîtra déjà les principales idées que je développerai trois ans plus tard, dans mon Essai sur l'éclectisme de 1994 (1994e), à partir de la réalité fondamentale du champ didactique qui est sa complexité, laquelle fait de tous ses objets de réflexion des problématiques. Quatre conséquences importantes de cette complexité sont présentées dans cet article : (1) l'alternance, dans l'histoire des méthodologies, entre la construction de cohérences par simplification en s'appuyant sur des innovations (technologiques, pédagogiques, théoriques), et la gestion de la complexité par variation (avec en particulier le recours à l'éclectisme, pour lequel je propose là une première typologie) ; (2) la faiblesse épistémologique de l'approche communicative, qui finira par lui faire perdre le statut de méthodologie unique qu'elle revendiquait encore à ce moment-là: "le modèle d'innovation dont elle avait hérité ne permettait pas la gestion de la complexité qu'elle introduisait par ailleurs" (p. 45) ; (3) la nécessité de recourir à la modélisation comme à la fois objectif et outil privilégiés de la recherche disciplinaire ; (4) la problématique de la formation initiale et de la formation continue des enseignants, désormais à reconsidérer puisqu'elles ne peuvent plus être conçue en référence à une méthodologie unique. Trente ans exactement plus tard, en 2021, je considère toujours ces analyses comme exactes, même en prenant en compte l'évolution postérieure de la didactique des langues-cultures avec la diffusion des approches plurilingues (déjà présentes depuis les années 1980 en particulier avec les approches de type "intercompréhension des langues voisines") et bien sûr l'émergence de la perspective actionnelle. Celle-ci, en particulier, ne peut prétendre remplacer les précédentes, mais venir les compléter pour que la didactique des langues, qui doit être une "didactique complexe des langues-cultures" (appellation introduite dans mon essai de 1994, chap. 2.4 "Vers une didactique complexe") puisse continuer à s'adapter à l'évolution des enjeux contemporains. Je remercie La FIPF (Fédération Internationale des Professeurs de Français) de m'avoir permis de récupérer cet article, dont j'avais perdu toute trace (jusqu'au souvenir...).