Télécharger
Approche communicative et perspective actionnelle, deux organismes méthodologiques génétiquement opposés… et complémentaires
PUREN_2014a_AC_vs_PA_analyse_génétique_c
Document Adobe Acrobat 412.3 KB

Présentation

 

Cet article reprend en le remaniant assez fortement celui d'une conférence faite lors du XIVe colloque de l’Association des Enseignants de Japonais en France (AEJF, Rennes, 18-19 avril 2013). J'y développe en effet la métaphore génétique utilisée pour la première fois dans une intervention faite plus tard (en mai 2013, à l'occasion d'une journée pédagogique à l'Alliance française de Lima, 2013h), ainsi que l’idée d’une double relation d’opposition-complémentarité à établir entre l’approche communicative d’une part, et d’autre part une perspective actionnelle dont l’élaboration théorique et pratique me semble désormais bien avancée.


Tableau des caractéristiques opposées

de la conception de l'action dans l'approche communicative

et dans la perspective actionnelle

(version du 13/02/2020)

 

TÂCHE COMMUNICATIVE

MINI-PROJET

1.       préconception de la tâche/du projet par l’enseignant/le manuel

conception au moins partielle de la tâche/du projet par les élèves (la « conception » est la « tâche initiale », caractéristique de tout projet)

2.       tâche unique (consigne unique)

plusieurs tâches articulées les unes aux autres (« scénario actionnel ») avec des choix proposés sous forme de questions ou d’alternatives, voire en fonction d’initiatives des élèves

3.       logique procédure : on demande simplement aux élèves d’effectuer correctement les tâches prédéfinies

logique processus : on demande aux élèves de réfléchir sur les tâches à effectuer/ en cours / après réalisation (activités métacognitives)

4.       ressources langagières et culturelles fournies d’emblée aux élèves

ressources au moins en partie recherchées par les élèves

5.       traitement des documents en logique support

traitement des documents en logique documentation

6.       travail sur les seuls documents authentiques proposés

travail également sur les productions finales voire les productions intermédiaires des élèves (prises de notes, brouillons, synthèses provisoires…)

7.       usage exclusif de la L2

recours à la L1 et aux L1+n au service de l’action (en particulier, documentation plurilingue et projection de l’action dans la « société 1 »)

8.       la culture est sans relation autre que thématique avec la tâche finale

– documentation portant en partie sur les cultures d’action (= les manières de réaliser le projet, dont la production finale, dans différentes cultures) – réflexion et décision des élèves sur la culture d’action qu’ils vont mettre en œuvre dans l’action proposée

– réflexion et décision des élèves sur la culture d’enseignement-apprentissage qu’ils vont mettre en œuvre en classe

9.       documentation et production ponctuelles, à usage unique dans l’unité didactique correspondante

production durable (mises à jour de la documentation pour resservir éventuellement, reprises de documents ou de tâches sur plusieurs unités, etc.)

10.    dimension individuelle ou interindividuelle (binômes) du travail et de la production finale

dimension collective (grands groupes, groupe-classe)

11.    gestion et objectif des activités uniquement en classe et à usage interne à la classe

projection réelle ou en simulation – mais en simulation réaliste – à l’extérieur de la classe (établissement, famille, société, autres classes à l’étranger…)

12.    évaluation par l’enseignant centrée sur l’apprentissage linguistique

– auto-évaluations individuelle et collective (groupes, groupe-classe)

– évaluation du processus (conduite du mini-projet, travail de groupe), de la valeur éducative (autonomie, responsabilité, solidarité…), à la fin du projet voire en cours (avec rétroaction et modification éventuelle de la poursuite du projet)

– évaluation de la projection sociale (intérêt suscité, impact…)

– dimension proactive (synthèse des points à prendre en compte pour les prochains mini-projets)