CECR : par ici la sortie !

 

Ouvrage à paraître prochainement (sept. ou oct. 2019) aux Éditions des Archives Contemporaines.


En avant-première, le texte de la quatrième de couverture

 

En février 2018, le Conseil de l’Europe publie, plus de 15 ans après le CECR, un Volume complémentaire censé parachever le document de 2001, avec de nouvelles échelles de descripteurs, notamment pour la médiation. Cet ajout tardif ignore toutes les critiques du CECR formulées entre-temps, comme si ce document était la référence indépassable et définitive en didactique des langues-cultures. Les trois premières parties de CECR : par ici la sortie ! font une critique serrée de ces deux publications au terme de laquelle il apparaît que le projet du CECR et de son volume complémentaire peut être résumé en quelques mots : feindre de traiter d’enseignement-apprentissage-évaluation, mais ne travailler en réalité qu’à promouvoir une forme d’évaluation limitée et commerciale, à savoir la certification.

 

Dans les deux premières parties, la mainmise d’intérêts privés sur le projet européen d’enseignement scolaire des langues est établie, preuves à l'appui, alors que la troisième partie met en lumière le grand nombre des impasses et insuffisances théoriques et pratiques du CECR, en particulier sa dépendance à une méthodologie unique, l’approche communicative.

 

Les deux dernières parties tracent deux voies parallèles de sortie du Cadre, toutes deux dans une perspective résolument pluriméthodologique : une « évaluation intégrée » qui prend en compte l'ensemble des enjeux du processus d'enseignement-apprentissage des langues ; une « méthodologie plurilingue intégrée » qui s’appuie sur le déjà-là en termes de répertoire langagier des apprenants et sur le déjà-construit en termes de savoirs sur les langues et de compétences d’apprentissage des langues.

 

La « sortie » du CECR est désormais ouverte, libre et large : le vœu des auteurs est que chercheurs, formateurs, éditeurs et enseignants l’empruntent en nombre et l’aménagent !