L'outil médiation en didactique des langues-cultures :

balisage notionnel et profilage conceptuel


Télécharger
L'outil médiation en didactique des langues-cultures : balisage notionnel et profilage conceptuel
1e édition électronique, décembre 2019, 122 p.
www.christianpuren.com/mes-travaux/2019b
Version 02 du 25/01/2020
PUREN_2019b_Médiation_essai_v02_05-01-20
Document Adobe Acrobat 1.8 MB

Quatrième de couverture

 

Cet ouvrage n'est ni une synthèse ni un prolongement personnel des publications sur la médiation en didactique des langues-cultures (DLC), mais une trousse à outils notionnelle et conceptuelle proposée aux étudiants-chercheurs qui souhaitent faire de la médiation leur thématique de recherche, ou l'aborder ou encore l’utiliser de manière ponctuelle dans leur travail. L'approche notionnelle, par définition très large, balaie et balise ce que des spécialistes ont appelé la « galaxie de la médiation », qui apparaît dans le ciel des idées avec la médiation sociale et la médiation culturelle il y a plus de trois décennies, puis dans les sciences de l'éducation et la didactique générale des disciplines scolaires, avant d’apparaître plus tardivement en DLC. Sont passés en revue les différents types de médiation repérables dans les travaux correspondants : médiations sociale, scolaire, socio-culturelle, culturelle, éducative, pédagogique, cognitive, technique, documentaire et didactique. L'approche conceptuelle dégage ensuite, dans ces mêmes sciences et disciplines, un « paradigme de la médiation » très complexe, composé de sept couples de concepts antagonistes : objet/ sujet, humain/ non-humain, horizonta­lité/ verticalité, proximité/ distance, ressemblance/ différence, immédiateté/ durée, réaction/ proaction. Ces différents types de médiation, puis ces différents couples de concepts, sont ensuite systématiquement repris pour analyser la médiation en DLC. D’une part, ces outils d'analyse permettent de revoir dans une autre perspective et reliées différemment des données déjà connues de l'histoire et de l'actualité de cette discipline. D’autre part, ils amènent à renforcer les critiques déjà faites par ailleurs vis-à-vis de l'approche communicative, qui relève globalement d'un paradigme de l’« immédiation », et concernant la conception de la médiation dans le CECR de 2001 et son Volume complémentaire de 2018, dont les auteurs ne parviennent pas vraiment à se libérer du paradigme de la communication « immédiate » dans les deux sens du terme : en interaction directe et en face-à-face. Enfin, l’analyse ainsi outillée fait émerger de nombreuses idées et pistes de recherche pour les étudiants-chercheurs qui veulent, sur la question de la médiation, soit élargir leur vision par une approche notionnelle, soit à l'inverse, par une approche conceptuelle, focaliser leur regard sur un aspect particulier de la médiation pour approfondir leur réflexion et étayer leurs propositions. Au-delà de la seule médiation, cet ouvrage exemplifie ainsi les deux démarches à la fois opposées et complémentaires de toute recherche, celle d’élargissement et celle d’approfondissement. (Résumé de la 4e de couverture). Mise en ligne  : 26 décembre 2019.


Version 02 du 21/01/2020

 

La présente version corrige de très nombreuses coquilles présentes dans la version 01. Je remercie de leur relecture très attentive: Paola Bertocchini, Edvige Costanzo, Maria-Alice Médioni. (La liste est ouverte et sera complétée au fur et à mesure).


Les citations de ce texte dans d'autres publications doivent suivre les règles universitaires en vigueur.

Ce texte ne doit pas être copié sur un autre site, mais référencé avec son lien url vers le présent site : www.christianpuren.com/mes-travaux/2019b/.


"Analyse de la médiation par couples de concepts antagonistes : une application à la 'médiation scientifique'"

 

On pourra lire ce billet de blog posté le 28 février 2020, dans lequel j'applique la grille d'analyse élaborée pour mon essai sur la médiation à une présentation de la "médiation scientifique" faite par un spécialiste, Richard-Emmanuel Eastes,  dans un article publié sur le site The Conversation.